Engie renonce au GNL américain

L’accord d’importation géant qu’Engie s’apprêtait à signer engageait l’entreprise de 2025 à 2045, à importer 3 millions de tonnes par an de gaz de schiste liquéfié (GNL), produit par fracturation hydraulique. Ce mode d’extraction très contesté par les écologistes est par ailleurs interdit en France. C’est donc sous la pression à la fois des ONG
Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné(e) à Climatico.
Essayez Climatico gratuitement pendant un mois.
Déjà abonné(e) ? Se connecter.