Grenoble sera-t-elle ville verte européenne ?

La ville d’Isère défend une candidature solide sur le sujet climat englobant les Alpes.

Le suspens parvient presque à son terme. Le 8 octobre, la ville de Grenoble saura si elle est lauréate pour être ville verte européenne en 2022. La ville, qui a préparé sa candidature depuis 2017, a été désignée finaliste peu avant l’été. Un projet de longue haleine, largement soutenu par le maire Vert de la ville, Eric Piolle, mais aussi par de nombreux partenaires : l’université de Grenoble, la Chambre de commerce ou encore la Métropole Alpes-Grenoble présidée par Jean-Christophe Ferrari. Un chargé de mission a été spécialement dédié au projet. La candidature s’articule autour de la géographie du lieu : celle des Alpes, particulièrement emblématique du changement climatique puisque les glaciers et la neige y disparaissent à vue d’œil. « Notre candidature est celle d’un territoire, c’est pour cela que nous avons associé les parcs naturels de la Chartreuse et du Vercors », assure Adeline Suppo, du service de presse de la Ville de Grenoble.

Ce sont d’ailleurs les arguments de la ville sur ces sujets d’atténuation et de d’adaptation qui ont particulièrement séduit la Commission européenne. Sur les 17 candidats du départ, Grenoble a obtenu les meilleures notes des 4 villes finalistes, devant Dijon, Tallin en Estonie, et Turin en Italie, avec des notes particulièrement solides sur la gestion des déchets et l’eau. (1 représentant la meilleure note, 10 la pire).

Le jury devant départir les candidats gagnants évaluera des enjeux autres que les qualités techniques des dossiers, comme l’engagement des citoyens, ainsi que d’autres sujets d’ordre plus politiques. Lisbonne est actuellement capitale verte européenne et la prochaine sera Lahti en Finlande, ce qui rend d’autant plus crédible une candidature plus au Sud et semble écarter Tallin. Restent Dijon et Turin comme adversaires sérieux ; les retombées économiques potentielles pourraient jouer en faveur de Turin, alors que l’économie italienne a été très vivement frappée par la crise sanitaire. Même si sur le fond, les arguments de la ville de Grenoble sont solides, assure une source européenne.