36.000 milliards contre les intérêts de la planète

Mis à jour : mars 10


Les principaux gérants de fonds peinent à intégrer les critères climat et biodiversité dans leur grille d'analyse. Mais les Européens commencent à se distinguer, dont Robeco et BNP Paribas.


Ils placent chaque année 55.000 milliards, soit plus que le PIB des Etats-Unis, de la Chine et de l’Union européenne. Les 75 principaux gérants d’actifs de la planète ont donc un impact majeur sur son sort. Mais selon une enquête de l’ONG britannique ShareAction, la prise en compte des enjeux de climat de biodiversité n’est pas exactement leur priorité. En se penchant sur la gouvernance de ces fonds, soit l'impact sur les questions sociales, les droits de l’homme, le climat et la biodiversité, l’ONG estime que nombre d'entre eux, souvent Américains, ont même plutôt un impact négatif. A commencer par le plus gros d’entre eux, BlackRock, qui gère plus de 6000 millards. Au final, 65 % des actifs, soit 36.000 milliards, sont gérés par des maisons qui obtiennent des notes faibles, D ou E.

Officiellement, les gérants d'actifs ont pourtant des bonnes intentions : ils sont 73 % à avoir apporté leur soutien à l’initiative de Michael Bloomberg “TCFD”, qui propose de détailler l’impact sur le climat des investissements. Or seulement 19 % des participants de l’étude respectent les engagements de l’initiative.


Des bonnes pratiques mises en avant

En revanche, le classement de l’ONG a le mérite de dégager des bonnes pratiques- qui sont souvent européennes.

Ainsi, les fonds issus des Pays-Bas et de la France affichent des performances solides sur les enjeux d’investissement responsable. En tête, le petit Robeco, est suivi du Français BNP Paribas, nettement plus gros ; tous deux prennent en compte la biodiversité dans leurs critères d’investissement, ce qui les fait sortir du lot par rapport à leurs pairs.

Leur impact sur le climat est aussi plutôt faible. Chez les Français, Axa arrive à la 11eme place, la Banque Postale et Amundi respectivement à la 14eme et 15eme, nettement plus haut que des JP Morgan (71) ou Goldman Sachs (53).