• Dominique Pialot

La rénovation énergétique ralentie par le report des réformes ?


Le gouvernement a annoncé un décalage de plusieurs mesures phares encadrant la rénovation des bâtiments. Le secteur est pourtant un pilier de tout plan de relance vert.


Ce n’est pas pour rien que la rénovation occupe une place de choix dans tous les programmes de transition écologique. Elle coche toutes les cases : elle est bénéfique à la planète, au pouvoir d’achat et à l’emploi.

Plusieurs mesures structurantes destinées à restaurer la confiance des consommateurs, à démocratiser et donc à accélérer la rénovation des logements, devaient entrer en vigueur dans les prochains mois. Depuis le Grenelle de l’Environnement, jamais la France n’a réussi à atteindre l’objectif de 500.000 logements par an qu’elle s’était alors fixé.

Mais c’est exactement l’inverse qui vient de se produire, avec les reports annoncés le 7 mai dernier par les secrétaires d'État à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon et à la Cohésion des territoires, Julien de Normandie.

La nouvelle réglementation RE 2020, qui doit remplacer la RT 2012 - notamment en ajoutant l’empreinte carbone à la consommation d’énergie - prévue pour entrer en vigueur au 1er janvier 2021, est reportée de six mois. En cause, une « organisation des concertations et consultations rendue plus complexe par la crise sanitaire ».


Lire aussi : Pourquoi paille et chanvre vont réinvestir les greniers


Restaurer la confiance des consommateurs

Deux mesures structurantes, la réforme du label RGE (Reconnu garant de l’Environnement) et un DPE (diagnostic de performance énergétique) rendu opposable par la loi ELAN (évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), sont également décalées, respectivement de septembre 2020 à janvier 2021 et de janvier à juillet 2021.

La première, en renforçant les contrôles de qualité, vise à redonner confiance aux consommateurs en relevant le niveau d’exigence du label RGE instauré en 2012, qui n’est pas toujours garant de l’excellence annoncée. Concernant le DPE, qui à l’inverse des diagnostics amiante ou plomb, reste aujourd’hui purement informatif, le rendre opposable implique un renforcement de sa fiabilité, une clarification de son mode de calcul et une meilleure lisibilité pour le grand public.

Ces reports constituent un mauvais signal aux yeux de certains professionnels, tels que le groupe Effy, spécialiste de la rénovation.

« On ne peut pas dire que rien n’a été fait, reconnaît Audrey Zermati, la directrice de la stratégie, qui évoque notamment la transformation d’aides en primes pour les plus précaires, ce qui leur évite de devoir avancer l’argent des travaux.

Certaines mesures récentes ont remporté un grand succès : 20.000 chaudières changées chaque mois dans le cadre du plan fioul, et 100.000 isolations réalisées par mois en fin d’année 2019. « Globalement, nous avons enregistré une hausse de 30% de requêtes entre 2018 et 2019 », affirme Audrey Zermati.


Six mois de décalage pour deux mois de confinement

Ce serait a priori le moment d’alimenter, voire de relancer cette dynamique. D’autant plus qu’au début du confinement, si les demandes de devis et de primes se sont maintenues, les travaux, eux, se sont interrompus jusqu’à la sortie du guide publié par la profession. Il serait dommage d’ajouter un problème de confiance à un risque d’attentisme qui pourrait marquer la sortie de crise. Pour Audrey Zermati « il faut mieux articuler les aides et mieux flécher le parcours du consommateur. On comprend mal comment deux mois de confinement peuvent entraîner six mois de décalage », ajoute-t-elle.

Au contraire, plusieurs mesures permettraient de stimuler la demande : un reste à charge plus faible pour les plus modestes, une redynamisation de l’éco-prêt à taux zéro que les banques commercialisent toujours trop peu, l’extension aux propriétaires non occupants de l’éligibilité aux aides...Des propositions qu’Effy présentera le 13 mai lors de son audition par la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, dans le cadre du plan « relance et énergie ».