• Dominique Pialot

Les premières toitures solaires citoyennes voient le jour à Paris


Le toit du centre d'animation Louis Lumière (Paris 20ème)


Pour atteindre 20% d’énergies renouvelables produites intra muros, la capitale française met des toits à la disposition d’une coopérative qui y développe des centrales solaires.


L'alliance socialistes, communistes et verts reconduite à Paris a de grandes ambitions en matière de climat pour les six prochaines années. La capitale vise ainsi 100% d’énergies renouvelables en 2050, dont 20% produits localement. Une gageure qu’elle poursuit notamment avec l’aide de la coopérative EnerCit’IF, à qui elle a accordé la jouissance pour 20 ans de plusieurs toits de bâtiments publics. Ce faisant, la Ville délègue à EnerCit’If le rôle de maître d’ouvrage. Et malgré la crise sanitaire, la construction de la première centrale vient de s’achever sur le toit du centre d’animation Louis Lumière (20eme arrondissement).

Ces 3.000 m2 permettront de produire 500 KWh d’électricité solaire, qui sera vendue à EDF, pendant un an, avant d’être cédée, pour le même prix, à Enercoop, pionnier français de l’énergie verte coopérative.


Faible rentabilité mais forte sensibilisation

Particularité du modèle coopératif : chacun peut contribuer aux projets en achetant entre une et dix parts à 100€. « La rentabilité de petites installations comme celles-ci sous ces latitudes ne permet pas d’espérer beaucoup mieux que le rendement du livret A », reconnaît Jean-Baptiste Blondel, qui a coordonné la levée de fonds et peaufine la stratégie de la coopérative. Mais là n’est pas l’essentiel. « Ces projets sont avant tout destinés à sensibiliser les Parisiens à la maîtrise de leur consommation d’énergie, aux énergies renouvelables, etc. » assure Gilles Wintrebert, président de l’association. Un objectif qui convient tout particulièrement aux bâtiments scolaires ou aux HLM, mis à disposition de la coopérative par plusieurs bailleurs sociaux. Dans un cas comme dans l’autre, des projets éducatifs sont montés avec les occupants.

Dans le cadre du projet « Quartiers populaires à énergie positive » du budget participatif, la Ville consent un co-financement de 60% qui, ajouté aux contributions des 300 citoyens coopérateurs, permet d'emprunter pour boucler le budget d’un million d’euros nécessaire à la réalisation du programme.


Toitures végétalisées, bâtiments privés

EnerCit’If a sept autres centrales en projet pour 2021. A plus long terme, dans le cadre de la stratégie définie par un noyau de coopérateurs particulièrement impliqués en accord avec l'ensemble des actionnaires, la coopérative envisage des projets en Ile-de-France hors de Paris intra-muros en collaboration avec des associations locales, ainsi que des centrales sur des toitures végétalisées ou encore sur des bâtiments appartenant à des copropriétés privées ou des industriels.