Un baromètre pour classer les entreprises selon leur effort climatique


Le baromètre CDP/WWF s'appuie sur les scénarios de hausse des températures d'ici 2100


Le Carbon Disclosure Project et le WWF ont planché sur une méthode qui permet de classer les investissements en fonction de l'effort climatique des sociétés.

Vers quelles températures mène tel ou tel investissement ? La question taraude l’univers de l’investissement socialement responsable de longue date. Eviter de financer les énergies fossiles apporte certes un début de réponse : c’est ce que proposent les fonds orientés climat aujourd’hui, dont on constate qu’ils ont mieux résisté à la crise sanitaire. Mais une fois cette éviction opérée, reste encore à classer les autres actifs. Et pour aligner un portefeuille sur l’accord de Paris, encore faut-il savoir quelle société favorise telle ou telle température. L’initiative Carbon Disclosure Project et le WWF viennent d’établir une méthode, ou baromètre, qui permet de connaître l'impact des entreprises sur le réchauffement climatique, en degrés Celsius.


Lire aussi : Pourquoi la neutralité carbone de Total fait débat


Les bonnets d'âne à 4°C, les meilleurs à 1,5 °C

Sachant que ceux qui ne font rien, et qui se situent dans une perspective de « business as usual » aboutissent à une température en hausse a priori de + 4°C, ou de +2,8° à +3,2°C  d’ici la fin du siècle si l’on se conforme aux engagements actuellement sur la table, tout effort supplémentaire est susceptible de limiter la hausse des températures - quelque part entre 1,5 ° et 2,8°C.

Si une entreprise n’a pris aucun engagement de réduction d’émission, et qu’elle se situe dans une zone qui n’est pas soumise à une tarification du CO2, son baromètre indiquera une température élevée – avoisinant les + 4°C. En revanche, une entreprise qui a pris des engagements sur ses propres émissions et celles de ses fournisseurs (scope 1 et 2) verra son score baisser. Mais seules les organisations qui prévoient, en plus de la baisse de leurs propres émissions, le recul des émissions de leurs clients (scope 3), peuvent prétendre à un score qui s’approche des 1,5°C - la meilleure note.

Les entreprises sont aussi comparées entre elles, en fonction de leur secteur, et des meilleurs de la classe qui fixent l’objectif à atteindre.

« En proposant un standard clair, scientifique et uniforme de l’ambition des sociétés, notre baromètre permet aux investisseurs de comparer, de communiquer et de réduire la température de leurs portefeuille » a expliqué Laurent Babikian à l’agence Reuters. La société de gestion Amundi est la première à tester la méthodologie sur ses investissements.


Lire aussi : L'empreinte carbone de Danone représente la moitié de ses résultats