• Dominique Pialot

La géothermie de proximité à la portée de tous les bâtiments


Le centre R&D de Schlumberger à Clamart (92) servira de démonstrateur

Quarante-cinq acteurs du bâtiment interpellent les pouvoirs publics pour rendre systématique l’option géothermie, dans le neuf ou la rénovation.


Un plan national du bâtiment bas carbone grâce à la géothermie. C’est l’objectif que se sont fixé plus de 40 signataires de la coalition Nous-sommes-prêts, qui réunit acteurs du bâtiment et de la géothermie de proximité. « Partout en France, à 100 ou 200 mètres de profondeur, on trouve une température de 15°C, constante tout au long de l’année », explique Cindy Demichel, à la tête de Celsius, une start-up fondée en 2019 par d'anciens salariés du groupe Schlumberger, qui fait partie des signataires. Une température qui permet de chauffer l’hiver en complétant par une pompe à chaleur, et de refroidir l’été sans recourir à la climatisation. Ce n’est ni plus ni moins que le principe ancestral du puits canadien.

Attaquer le marché de la rénovation

Mais l’objectif de la coalition est de le massifier, sachant que 50% de l’énergie consommée en France est utilisée pour la chaleur. « Jusqu’à présent, on a l’impression que la géothermie était réservée à un petit nombre d’initiés, regrette Cindy Demichel. Notamment parce qu’elle fait appel à des compétences du sol-sol, mais aussi parce qu’elle est invisible, et parce qu’elle nécessite un investissement de départ, dont le temps de retour sur investissement ne dépasse pas 5 à 10 ans. » Surtout, elle n’est utilisée que pour les bâtiments neufs, puisqu’il est alors plus simple d’étudier le sous-sol avant de construire, grâce à des sondages. Mais Celsius a mis au point une technique qui permet d’étudier le potentiel d’un sol dans un espace réduit, grâce à des forages en forme de pyramide permettant d’explorer le sol sous un bâtiment déjà construit. Et donc, d’étendre le marché potentiel à la rénovation.

Un démonstrateur est en train d’être construit sur le site du centre de R&D de Schlumberger à Clamart.

-40% sur la facture énergétique

« L’investissement de départ correspond à un coût de 100€/m2, affirme Cindy Demichel, Il permet d’économiser 40% sur la facture d’énergie, et de réduire de 90% les émissions de CO2. Un coût à comparer avec celui d’une rénovation thermique traditionnelle, plus proche de 400 €/m2, et à l’impact environnemental plus important. »

Celsius cible en priorité le marché du tertiaire, qui consomme à la fois du chaud et du froid, et se positionne en ensemblier capable de délivrer des solutions clé en main. Son équipe digitale développe des jumeaux numériques des bâtiments et de leurs sous-sols qui facilitent l’exploration.

L’objectif de la coalition est d’interpeller les pouvoirs publics afin de systématiser l’étude de l’option géothermie partout en France. Dans le cadre du plan de relance, ses membres espèrent des simplifications administratives et un renforcement des moyens du Fonds chaleur géré par l’Ademe. Et idéalement la création d’un fonds dédié à la géothermie.