La comptabilité écologique : mettre en lumière l’impact environnemental dans les comptes

Comment faire de la comptabilité environnementale ? La chaire « Compatibilité écologique », coordonnée par Aurélien Oosterlinck, ambitionne d’intégrer dans la comptabilité les impacts environnementaux des entreprises. Cette chaire permet ainsi aux entreprises la reconnaissance de leurs efforts en faveur de la transition écologique. 

Cette initiative réunie les grandes universités de France avec AgroParisTech, Paris Dauphine, l’Université de Reims Champagne-Ardenne ainsi que des partenaires comme LVMH, mais aussi le ministère de la Transition Écologique.

Développer des systèmes comptables au service de l’écologie 

La chaire « Compatibilité écologique » cherche à mettre en place des outils concrets pour les entreprises et les acteurs locaux pour mesurer et améliorer leur contribution à la préservation de l’environnement. 

En effet, la compatibilité traditionnelle ne prend pas en compte l’impact écologique dans ses comptes, ne tenant pas compte des données extra-financiers dans les résultats financiers.

comptabilité environnementale panneau solaire

Compatibilité Care : évaluer l’impact climatique 

La chaire Comptabilité écologique réfléchie des méthodes comme Care, Comprehensive Accounting in Respect of Ecology. Cette méthode vise à évaluer l’impact climatique et la biodiversité de manière formalisable, avec une approche basée sur les coûts de préservation plutôt que la simple valorisation des services rendus par un écosystème. Les outils classiques de gestion, tels que le bilan, le compte de résultat et les tableaux de bord financiers, sont utilisés pour suivre précisément les actions et leurs impacts, guidant ainsi la réflexion stratégique des organisations. 

Le sujet intéresse aussi la Commission européenne et les Nations Unies. La chaire de Comptabilité écologique apporte ainsi sa contribution à la révision du SEEA, pour Système de comptabilité économique et environnementale, visant à élaborer des méthodologies pour les comptes biophysiques et monétaires à l’échelle européenne.